Introduction à la Sophrologie

lundi 10 avril 2017
par  Véro
popularité : 2%

L’auteur, Véronique Gourdin Duprey, est Sophrologue










 Définition et étymologie

Le terme de sophrologie a été inventé par Alfonso Caycedo à partir de 3 formants du grec ancien (sos : harmonie ; phren : conscience ; logos : étude). La sophrologie se définit donc comme la science de la conscience harmonieuse. En ce sens, elle va s’intéresser à l’étude de la conscience individuelle, dans une approche phénoménologique qui tient compte de l’historicité de chacun1.

La sophrologie d’Alfonso Caycedo porte aujourd’hui le nom de sophrologie caycédienne. Elle a étudié les phénomènes de conscience humaine dans ses états et modifications de niveaux. Elle a mis en expérience un ensemble de techniques et de méthodes dont les fondements et l’étude originale visent la conquête ou le renfort d’un équilibre au plus proche du sentiment d’intégrité. Les principales applications sont thérapeutiques, prophylactiques ou pédagogiques. La sophrologie s’est toujours refusée à l’hypnose mais certains en font un traitement des états de douleur et de malaises psychiques avec des techniques de relaxation basées sur l’hypnose2. Elle est un moyen de développement personnel.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sophrologie

 Alfonso Caycedo

Né à Bogota en Colombie

Il est le fondateur de la Sophrologie, qu’il nomme plus tard sophrologie caycédienne.

Médecin, chirurgien, il se spécialise en psychiatrie et en neurologie

  • De l’hypnose à la sophrologie (1960)

Confronté professionnellement à l’observation d’états de conscience modifiés et obligé d’utiliser des procédés thérapeutiques violents (comas insuliniques, électrochoc sans anesthésie), il s’interroge sur la nécessité de modifier ou altérer ainsi la conscience dans un but thérapeutique. Il recherche alors d’autres options et se tourne d’abord vers l’hypnose clinique. En 1959, il crée la Société Espagnole d’Hypnose Clinique et Expérimentale, à Madrid.

Rapidement, l’hypnose ne lui convient plus. D’une part, ses observations cliniques ne coïncident pas toujours avec les théories. D’autre part, le terme d’hypnose est souvent associé à quelque chose de mystérieux, voire magique et suscite la méfiance. Il crée ainsi le terme sophrologie en octobre 1960 et fonde la même année le premier département de sophrologie clinique à Madrid, dans le service de neuropsychiatrie du Pr. Lopez Ibor.

La sophrologie est, à cette époque, techniquement proche de l’hypnose, même si le rapport au patient s’y inscrit davantage dans une approche humaniste.

  • En passant par la phénoménologie (1963-1964)

Alfonso Caycedo rencontre en Suisse Ludwig Binswanger, père de la psychiatrie phénoménologique.

A. Caycedo est admis comme médecin neuropsychiatre au sanatorium Bellevue à Kreuzlingen et devient le dernier élève de Binswanger qui influence définitivement sa démarche de recherche sur la conscience.

Caycedo tente de populariser la phénoménologie existentielle à travers la sophrologie. Il se propose de redécouvrir les phénomènes d’états de conscience modifiés à l’aide d’une approche d’inspiration phénoménologique.

La sophrologie devient progressivement une méthode moins inductive. L’expérience subjective de chacun, la déduction personnelle des phénomènes, priment sur les inductions provoquées par le thérapeute.

  • L’Extrême-Orient et les états de conscience modifiés (1965-1968)

Encouragé par L. Binswanger, et sans doute influencé par sa femme Colette (une Française passionnée de yoga avec qui il se marie en 1963) A. Caycedo se rend en Orient.

Il séjourne en Inde où il s’initie au yoga auprès de grands Yogis rencontrés par le biais de médecins indiens. Il rencontre ensuite dans l’Himalaya l’un des médecins du 14e dalaï-lama et découvre des méthodes comme le tummo qui permettent d’accéder à des états de conscience modifiés. Il se rend finalement au Japon où il est également impressionné par le zazen.

Il constate l’importance du corps dans ces différents procédés. Il tirera de ces expériences les trois premiers degrés de la Relaxation Dynamique ou Relaxation Dynamique de Caycedo adaptés à la culture occidentale.

Les aspects philosophiques ou religieux sont laissés de côté pour élaborer une nouvelle science : son objectif reste l’étude de la conscience humaine et le moyen de la faire varier dans un but thérapeutique ou prophylactique.

Le premier degré (RDC 1) s’inspire du yoga indien, le second (RDC2)

  • Barcelone (1968-1982)

Caycedo est nommé Professeur à l’école de psychiatrie de la faculté de médecine de Barcelone. C’est l’époque de nombreuses expérimentations et recherches basées sur les Relaxations Dynamiques : la sophrologie doit faire ses preuves.

C’est aussi l’époque des premières scissions (1974) : certains lui reprochent de ne plus limiter la sophrologie au champ de la thérapie et des thérapeutes officiels.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfonso_Caycedo

 Vous avez dit "Pratique régulière" ?

Contact : veronique.gourdinduprey@sfr.fr


Navigation

Articles de la rubrique

  • Introduction à la Sophrologie
  • Slams

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Utiliser les mots-clés

vendredi 9 septembre 2011

Les mots-clés figurent dans le cadre "Thèmes", à droite.
Ils renvoient aux articles les contenant